Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DOPELORD - Sign of the devil

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2020
Provenance du disque : Reçu du label
6titre(s) - 36minute(s)

Site(s) Internet : 
DOPELORD BANDCAMP
DOPELORD FACEBOOK

Label(s) :
Green Plague records
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 05/04/20
Stoner doom varié
Depuis le début de la décennie 2010, les quatre Polonais alignent avec régularité des menhirs taillés dans le Stoner Doom le plus massif qui soit. C'est ainsi que Sign Of The Devil prend la suite de Magick Rites (2012), de Black Arts, Riffs Worship & Weed Cult (2014) et de Children Of The Haze (2017).
Avec ce nouvel album, le quartette s'inscrit plus que jamais dans la tradition des formations de Stoner les plus trapues, les plus épaisses : BONGZILLA, WEEDEATER, leurs compatriotes de BELZEBONG...

En conséquence de quoi, les tempos sont lents ou médiums, plus rarement enlevés, comme sur le dernier quart du morceau Doom Bastards ou sur le quasi-Punk Headless Decapitator. Les riffs demeurent basiques, organiques, charbonneux et gras. Les solos répondent en tous points aux préceptes édictés de longue date par le grand maître IOMMI : phrasés bluesy, nervosité, tranchant mais toujours du feeling. Les lignes de basse sonnent comme une centaine de lignes haute tension, tout en ayant cet aspect ventru qui plaît tant aux adeptes du Stoner. Le batteur sait se faire lourd et laconique, mais il se tient prêt à développer un jeu plus dense quand cela s'avère nécessaire. Quant au chant, il demeure généralement clair, laconique et articulé, digne d'une affiliation à Ozzy OSBOURNE ; on note toutefois une capacité à crisper le ton.

Rien que de très classique donc. Cependant, DOPELORD se distingue de la meute de formations Stoner Doom en conservant un son très lisible, refusant de sombrer dans la facilité d'un magma de saturation. Cela permet de sentir chaque riff, chaque pulsation rythmique, chaque intonation, chaque refrain. Par ailleurs, la variété des tempos et des styles - du Stoner ou pur Doom en passant par la charge Punk – éloigne tout risque de monotonie.

On se doit même de saluer tout particulièrement les dix minutes du titre Doom Bastards, dont l'introduction s'avère presqu'Ambient, avant de muter vers de longues minutes instrumentales de guitares claires et paisibles ; au bout de trois minutes et quelques, une rythmique pesante se met enfin en branle, le chant entre en lice (avec même un bel effet de chant doublé) ; à deux minutes de la fin, tout le monde se met au petit trot et les vocaux se font plus rauques et agressifs. Chaque partie demeure simple dans sa conception et dans son exécution, mais force est de constater que ce triple agencement dénote une saine ambition.

Dégustez cet album : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
TROLL
Legend master
WITNESSES
Doom ii
2 WOLVES
... our fault
ISOLE
Silent ruins
HENKE
Seelenfütterung
Chroniques du même auteur
THE HOWLING VOID
The triumph of ruin
MAUSOLEUM GATE
Into a dark divinity
SVARTANATT
Svartanatt
FUZZ LORD
Fuzz lord
LAPSUS DEI
Sea of deep reflections
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente