Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
LOVE RIDERS - Just wanna ride

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 2020
Provenance du disque : Acheté
8titre(s) - 29minute(s)

Site(s) Internet : 
LOVE RIDERS FACEBOOK

 (18/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 27/12/2020
Des alchimistes en quête de l'absolue pureté du hard rock'n'roll
J’ai tellement hâte de vous dire ce que je pense de cet album sorti le 1er décembre 2020 que je vais spoiler d’entrée de jeu la conclusion de ma chronique : « Just Wanna Ride de LOVE RIDERS est une franche bouffée d’oxygène dans l’univers du Hard Rock’n’roll ».

J’avais aimé la vidéo du morceau I Just Want To Ride sur Youtube et, vu la bio des musiciens de LOVE RIDERS, je savais qu’ils n’étaient pas tombés de la dernière pluie. J’avais même beaucoup apprécié le premier EP du groupe (Reaction). Cependant, de vous à moi, je n’attendais rien de particulier du premier album de ce groupe du Nord… Ce en quoi j’avais tort.

Première bonne surprise, la pochette : un artwork très très sympa signé par un cador du genre, Stan W. DECKER lui-même.

Seconde excellente surprise, un son énorme : j’enfourne la galette dans mon grill laser (30 minutes, thermostat 10) et là, bim ! Un riff bien gras à la six-cordes de Mr. MAXX (Guitare et chant) se fait entendre, rapidement rejoint par le gros son de la section rythmique de Jean-Michel KOSSA (batterie) et Fabrice DE CAUWER (basse)… Je lis au dos de la pochette que le mixage est made in Hongrie, au Tom Tom Studio de Budapest, avec un certain Nyíri SANDOR aux manettes – Bravo ! Ce gars maîtrise ! Cerise sur le gâteau, le mastering du CD confié à Hurricane Entertainment rend totalement hommage à la production.

Troisième très bonne surprise, un disque où je ne m’ennuie pas : le disque enchaîne 8 titres très variés mais qui répondent à une même esthétique, celle d’un rock pur aux mélodies accrocheuses et à la rythmique carrée. Autant le dire tout de suite, je suis tombé amoureux de la section basse/batterie. Jean-mi est un batteur qui tape fort et juste, Fabrice a des doigts en acier et nos deux lascars ont avalé un métronome quand ils étaient petits. Pour la petite histoire, le disque a été enregistré live en studio, après que chacun ait écrit ses propres partitions. Il n’y a aucune tricherie, zéro bidouille en post-production, et si tout est aligné au cordeau c’est à l’excellence des musiciens que nous le devons.

Après de multiples écoutes je me suis amusé à rattacher chaque morceau à l’influence que j’en percevais, ceci pour que vous ayez une idée de la diversité du répertoire. Sur une frise temporelle, je pourrais dire que les compositions s’étendent d’un Chuck BERRY énervé avec All Right! OK!, jusqu’à IRON MAIDEN pour The Stranger. Entre les deux, j’ai droit à une jolie excursion dans le rock sudiste teintée de feeling cajun (The Devil Knows My Name), une pièce d’ouverture digne d’AC/DC (I Just Want To Ride), un boogie très catchy à la mode STATUS QUO (Ride On A Mustang), un blues des années 30 sur-vitaminé (Dust My Broom), un autre passage de Hard-Rock australien cette fois-ci du côté de chez ANGEL CITY aka THE ANGELS (Cannibal Love) et enfin, mon morceau préféré – Reaction – qui aurait tout aussi bien pu se trouver sur l’album Fire Down Under de RIOT.

Que d’influences, me direz-vous ! Certes, mais rien à voir avec du recopiage, LOVE RIDERS a assimilé des décennies de Rock et Hard-Rock jusqu’à l’os. Ils ont été pétris, ont été affinés, ont macéré et décanté dans ce jus jusqu’à prendre leur propre couleur, celle du Hard Rock’n’roll.

Le point clivant, c’est le chant. Certains (comme moi) vont adorer alors que chez d’autres cela risque d'engendrer des crises d’urticaire…je le pressens. Le chant n’est ni saturé, ni hargneux. Le chant se pose tranquillement, sonne juste, sans sur-jeu, sans violence. Pourtant, ce chant ne nuit en rien à la capacité mélodique, entraînante et "catchy" des compositions, ni à la puissance du Rock, bien au contraire. Vous voyez l’approche de gentleman qu’avait Doc NEESON sur les albums d’ANGEL CITY ? Eh bien, Mr MAXX rejoint ce registre. Je trouve que la démarche est originale et que ce contraste dur/tendre constitue même une signature. En outre, cela confère un côté bien plus malin et fourbe aux paroles très rock’n’roll de l’album et pleines de sous-entendus.

Eh ! Vous savez quoi ? Just Wanna Ride de LOVE RIDERS est une franche bouffée d’oxygène dans l’univers du Hard Rock’n’roll et ça fait du bien !

I Just Wanna Ride : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
THE ELECTRIC DUCKS
Back'n'forth
HYDROGYN
Private sessions
KLOGR
Black snow
PATH OF SAMSARA
The fiery hand
YANN ARMELLINO & EL BUTCHO
Better way
Chroniques du même auteur
MAD CHICKEN
Chicken of the grave
DEAFBROOD
Hell reel
AVALANCHE
2nd hand band
CANYYN
Canyyn
AGAINST EVIL
End of the line
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente