Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Dossiers
Dossier :  Drifter ( DRIFTER )
Date de publication : 06/04/08
Auteur : Nico

(Fanzine n°31 - Mars 2005) 

1985
C'est en juin 1985 que Olivier LAHIERLE (Batterie) et Karim BOUDA (Guitare), tous les deux lycéens décident de monter un groupe du nom de DRIFTER. Le style n'est pas défini bien que Karim soit branché musique Hard Rock et Olivier plutôt Punk Rock mais c'est dans un Hard Rock basique chanté en français que DRIFTER va s'engager.

Pour cela ils vont s'adjoindre les services du frère d'Olivier : Laurent LAHIERLE (Guitare) ainsi qu'un chanteur du nom de Michel POIRIER. Plusieurs bassistes vont se succéder dont un certain Richard, puis finalement Alain RAMAMONJY. Ce dernier ne va rester dans  le groupe que le temps de deux concerts tout comme le chanteur (Michel Poirier). Ils seront éjectés en  1986.

1986
Au vu de la difficulté à trouver un nouveau bassiste, c'est Laurent LAHIERLE qui va prendre ces deux postes (Basse et Chant), celui de guitariste étant assuré par un nouveau membre en la personne d'Eddy LEMAIRE son compagnon de cours de guitare pour l'enregistrement de la première démo en août 1986 intitulée "Dans les griffes du passé". Celle-ci comporte 5 titres, "Cyclope", "Labyrinthe montrueux", "Que vois-tu dans tes rêves ?", "L'exécuteur" et "Sirènes" enregistrés sur un magnétophone à bandes 4 pistes chez Joël Boureux, le prof de guitare de Laurent et Eddie. La pochette représentant un homme-cyclope fut dessinée par Eric DAUDON, un ami du groupe. Les paroles furent écrites par Pascal GREGOIRE (futur Bassiste de CAPHARNAUM !) et les musiques composés par Laurent (sauf "Labyrinthe monstrueux", paroles d'Eddy, musique de Laurent).

Cette première démo fut vendue à quelques centaines d'exemplaires pendant les concerts et distribuée chez quelques disquaires. Elle permis à DRIFTER de se faire grandement connaître auprès du public, des fanzines régionaux et radios locales. Un seul morceau figurant au répertoire du groupe ne fut pas enregistré :  DRIFTER. Malheureusement, le groupe, sans grande ambition, ne tourne que dans la région Centre notamment dans les festivals de l'époque où l'on retrouvait à ses côtés des groupes locaux éphémères comme Fairlight, Phalanx, ou Dynamite.

Le groupe à ce moment était donc composé de Laurent (Basse), Eddy (Guitare), Karim (Guitare) et Olivier (Batterie) et DRIFTER, désireux de trouver un chanteur à part entière pour les concerts, reprit dans ses rangs Michel Poirier (ancien membre) pour assurer ce poste. Quelques concerts furent assurés avec cette formation mais quelques mois plus tard, l'instabilité de Michel et l'abus d'alcool de Karim eurent raison de la bonne tenue de la formation. Un concert presque raté amena Laurent, Olivier et Eddy à virer ces deux membres.

1987
Début 1987, Laurent, Eddy et Olivier décidèrent cette fois de rester à quatre en s'adjoignant les services d'une jeune chanteuse Olivia ARAUJO, amie d'Olivier, le groupe répétant à ce moment-là chez Eddy. Après plusieurs répétitions assidues, DRIFTER était fin prêt pour rejouer plusieurs concerts, toujours dans leur région. Un seul fut assuré à Paris au Salon de l'Etudiant devant de jeunes ignares !

Août 1987 vit enfin l'enregistrement de la deuxième démo "La Mandragore" avec 4 titres : "Le vol de l'aigle", "Vikings", "Prisonnier du cauchemar" et "Terre Sainte", toujours enregistrés chez Joël Boureux le prof de guitare. A noter que sur la cassette vendue aux concerts figurera un titre live "Cyclope" (avec Olivia au chant). La pochette est une fois de plus dessinée par Eric Daudon, confectionnée par Laurent, les paroles sont toujours écrites par Pascal GREGOIRE et les musiques par Laurent LAHIERLE (sauf "Terre Sainte" : paroles et musiques d'Eddy LEMAIRE). Celle-ci bénéficia de bons retours mais aussi de quelques mauvais échos dans les fanzines de l'époque à cause de la voix si caractéristique d'Olivia. De nombreux passages radios avec interviews du groupe eurent lieu sur Radio France Orléans, avec l'annonce d'un concert organisé dans une salle des fêtes qui rassembla plus de 200 personnes. Pour la petite anecdote, le groupe joua seul ce soir-là pendant plus de 2 heures en compagnie d'un claviériste sur quelques chansons, mais aucune suite ne fut donnée à cette aventure !
Eddy proposa par la suite une composition d'un genre assez nouveau par rapport au répertoire plutôt axé Heavy Rock de DRIFTER : "Le Messie du mal", un titre comportant de nombreux changements dans la lignée d'un Mercyful Fate qui ne fut joué qu'une seule fois en concert. Ce titre pourtant intéressant fut très vite écarté à cause d'un manque de maîtrise sans doute. Laurent quant à lui proposa une chanson curieusement orientée Punk Rock : "Pas de lois pour moi" qui fut jouée dans plusieurs concerts mais jamais  enregistrée.

1988

Après d'autres concerts réguliers et une mûre réflexion, le groupe toujours composé de Laurent (Basse), Eddy (Guitare), Olivia (Chant) et Olivier (Batterie), Pascal GREGOIRE le parolier proposa à DRIFTER d'avancer la somme nécessaire pour l'enregistrement d'un 45 tours autoproduit. Le groupe, décida de sélectionner deux de ses meilleurs titres : "Le vol de l'aigle" un titre speed et "Prisonnier du cauchemar" dans un style plus Rock mélodique.
Mais curieusement, quand arriva la date fatidique de partir enregistrer le disque à Château-Landon (77 - Seine et Marne) pendant 3 jours, Eddy LEMAIRE (Guitare) décida de se retirer de l'affaire (la peur de trop s'engager au détriment de ses études soi-disant), et seulement quelques jours avant le projet, ce qui provoqua la colère des 3 autres membres, qui décidèrent de rester à trois pour enregistrer ce disque. A la mi-août, Laurent, Olivia et Olivier entrent en  studio. Laurent se retrouva donc seul pour enregistrer à la va-vite les parties de basse, guitare rythmique et guitare solo. A noter que le résultat obtenu sur ce 45 tours fut : la voix plus agressive d'Olivia par rapport à la deuxième démo, un son plus brouillon et agressif, et les parties instrumentales raccourcies par rapport à la démo.
La pochette recto représente un aigle imposant survolant notre terre (!) et le verso du disque présente une photo noir et blanc des trois membres du groupe maculée de sang (!!). Tout ceci étant toujours l'oeuvre d'Eric DAUDON. A noter que le logo DRIFTER fut dessiné par Karim (membre original) puis ré-arrangé par Eric. Ce fut aussi à peu près à cette époque qu'on appris le décès de Karim.
Ce 45 tours fut pressé à 1000 exemplaires, distribué par le groupe lui-même, on le retrouve chez quelques disquaires et même à la FNAC. Mais peu après sa sortie, ce qui devait être une étape importante pour DRIFTER fut celle de la débacle : la démission d'Olivier et d'Olivia. Auparavant le groupe aura donné un concert avec un ami de longue date : Frédéric BARANGER qui va tenir le poste de bassiste pendant que Laurent reprend la guitare. Une représentation aura lieu dans une boîte de nuit dans laquelle le groupe reprend en playback les deux titres de son 45 tours. A présent, Laurent et son compagnon Pascal sont livrés à eux-mêmes et se débrouillent pour écouler le stock d'un groupe qui n'est plus que l'ombre de lui-même. En effet, les voici obligés de récupérer leur somme initiale pour un groupe fantôme. Pourtant, le 45 tours est assez bien perçu, bénéficiant d'une très bonne chronique dans un numéro du magazine spécialisé HARD FORCE (rubrique "Captain Démo").


1989
Cette fin d'année 1989 voit ressurgir DRIFTER pour un ultime essai avec un nouveau membre à la basse : Laurent GROSNIER. On y retrouve Laurent (Guitare), Olivier (Batterie) et Olivia (Chant) répéter dans le garage de cette dernière. Le groupe présente un nouveau répertoire où le registre se veut plus Rock que Hard donc plus abordable. Des chansons sont écrites (certaines par Olivier) mais  les divergences sont telles que le groupe décide d'arrêter pour de bon.
Il faudra attendre début 1991 pour voir naître un nouveau groupe, suite à l'association de Laurent (Guitare) et Pascal (le parolier, futur bassiste) rejoints par Olivier (Batterie)... CAPHARNAÜM...

Mais ceci est une autre histoire...!

THE END


COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur le dossier
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté ce dossier.
 Actions possibles sur le dossier
Enregistrer le dossier au format .PDF
Afficher la version imprimable du dossier
Envoyer le dossier par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur le dossier
Signaler une erreur
Dossiers du même type (Dossier)
- Savatage Story
- PREACHERZ OF THE SAVAGE TRUTH : Projet AZ : C,D et B.
- Gary MOORE est mort...
Dossiers du même auteur
- Russian Metal Scene Report
- Touche pas à mes cornes : Take Back The Horns
- METALLICA Story 1980/1983
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente