Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
CRYPT SERMON - The ruins of fading light

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2019
Provenance du disque : Reçu du label
10titre(s) - 55minute(s)

Site(s) Internet : 
CRYPT SERMON BANDCAMP
CRYPT SERMON FACEBOOK

Label(s) :
Dark Descent records
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 18/09/19
Doom épique de toute beauté
Il y a quatre ans déjà, le combo de Philadelphie CRYPT SERMON surprenait le petit monde des adeptes du Doom Metal épique avec Out Of The Garden, un premier album remarquable. Ce second album se doit donc de confirmer ces débuts fracassant, dans un sous-genre particulièrement exigeant. Tuons le suspense en affirmant que CRYPT SERMON réitère sa performance initiale, tout en se gardant de proposer une copie conforme de son premier opus. Voyons en quoi...

On relève en premier lieu une plus grande variété dans les tempos, avec à la clé, non seulement des passages aux tempos plus enlevés que de coutume dans le Doom, mais surtout un rendu global plus puissant et dynamique. Rapide, carré et percutant, le titre introductif, The Ninth Templar (Black Candle Flame), illustre parfaitement cette posture musculeuse.

Cette caractéristique nouvelle s'avère on ne peut plus essentielle dans le cadre de la seconde tendance constatée, à savoir la présence de compositions objectivement plus longues que celles de Out Of The Garden. Pas moins de deux titres dépassent les sept minutes (Beneath The Torchfire Glare et Our Reverend's Grave), un autre frôle les neuf minutes (le titre éponyme), tandis que The Snake Handler culmine à plus de neuf minutes.

S'agissant de n'importe genre musical et a fortiori de Doom (genre par essence lourd et lent), de telles durées exposent redoutablement à la lassitude. Dans le cas présent, CRYPT SERMON tient la distance en variant les ambiances et les tempos.

Les guitares demeurent capables de se faire tendues et pesantes d'une part, pourvoyeuses de plans mélodiques simples mais terriblement accrocheurs. En la matière, le maître-étalon auquel on peut jauger CRYPT SERMON demeure CANDLEMASS, excusez du peu, et l'élève ne démérite absolument pas. De même, le chanteur Brooks WILSON module systématiquement ses lignes vocales, avec justesse et expressivité ; on relève cependant qu'il a parfois tendance à crisper sa voix pour obtenir un rendu plus agressif, ce qui n'est pas forcément ce qu'il réussit le mieux.
Autre point d'amélioration, le mixage qui pourrait gérer avec plus de netteté les moments les plus intenses, notamment les plus rapides.

Ces réserves minimes formulées, on ne peut que décréter The Ruins Of Fading Light achat indispensable pour les zélateurs de Doom épique en particulier et même de Doom en général.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
BOAR
Veneficae
UFOMAMMUT
Ecate
WISHDOOM
Helepolis
TRISTANIA
Rubicon
TOMMY STEWART'S DYERWULF
Tommy stewart's dyerwulf
Chroniques du même auteur
ENLIGHTENED
Until the end
MIRROR OF DECEPTION
The estuary
PAGAN ALTAR
The time lord
NIGHT GAUNT
The room
DOOMSWORD
The eternal battle
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente