Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DEEP SPACE MASK - In tenebris

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
9titre(s) - 46minute(s)

Site(s) Internet : 
DEEP SPACE MASK BANDCAMP
DEEP SPACE MASK FACEBOOK

Label(s) :
Argonauta
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 02/07/2022
Confirmation
DEEP SPACE MASK est avant tout le projet d’un homme, Rémy LAFONTAINE, alias Raymz, bassiste et chanteur au sein du groupe français de Hard Rock FIINKY PIE (quatre albums à son actif entre 2003 et 2012). Au sortir de cette longue honorable aventure, le musicien a voulu mettre en exergue son goût pour les sons épais, hérités du Doom et du Stoner, sans pour autant renoncer à l’approche tranchante et directe ayant caractérisé FIINKY PIE. En 2020, un premier album intitulé Songs From The Dark Light (paru sur le label italien Planet K records, hélas desservi par une pochette qui pique les yeux).

A nouveau épaulé par un label italien, le fameux Argonauta, spécialiste du Doom, du Stoner et du Post Metal, notre homme déterminé remet le couvert avec neuf compositions, réunies sous le titre In Tenebris. Au gré des inspirations multiples de Raymz, on retrouve effectivement une part de Stoner (rythmiques passablement rebondies), une autre de Doom (lenteur et épaisseurs occasionnelles), ainsi que quelques rendus rythmiques à la fois épais et crasseux, mais aussi puissants et dynamiques, typiques du Sludge.

Cela dit, parmi les différents registres abordés successivement, on relève une constante, à savoir un souci d’efficacité dans les rythmiques, avec notamment des riffs de guitare nets et clairement exposés. Cet élément se combine avec un souci de conserver des structures lisibles, axées sur l’efficacité avant tout, témoignant d’un héritage en provenance du Hard Rock et du Heavy Metal classiques. Constat qui n’explique le développement de plages plus nuancées, avant tout génératrices d’ambiances brumeuses.
Au rayon des regrets, on peut soulever le problème du filtrage trop systématique de la voix, ce qui a tendance à lisser les variations et les nuances. Hormis ceci, voilà un album solide, susceptible de plaire simultanément à plusieurs tribus.

Vidéo de Clinton Road : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
ASPHODELUS
Stygian dreams
GREEN METEOR
Consumed by a dying sun
LACRIMAS PROFUNDERE
Songs for the last view
MAD CHICKEN
Eggsplosion
KING WITCH
Body of light
Chroniques du même auteur
SCANNER
Hypertrace
CLAWED FOREHEAD
My domain
ROTE MARE
Hollows path
THE GOLDEN GRASS
Coming back again
BLACK WREATH
A pyre of lost dreams
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /