Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
HOLYROLLER - Swimming witches

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 33minute(s)

Site(s) Internet : 
HOLYROLLER BANDCAMP
HOLYROLLER FACEBOOK

Label(s) :
Black Doomba records
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/07/2022
Stoner metal solide pour un début prometteur
Fondé en 2019, ce quartette originaire de Caroline du nord n’a pas lézardé en chemin, produisant successivement un copieux EP, riche de sept titres, et ce dès la fin 2020, puis ce premier album, moins de deux ans plus tard, sans aucune redondance dans les compositions : rien que du nouveau, rien que du neuf et du frais ! Et du bon, de surcroît. Car si HOLYROLLER ne peut en aucun cas prétendre bouger les lignes du Stoner et du Sludge, il peut par contre sans vergogne s’inscrire sur la liste des heureux animateurs, avec pour appréciations positives la solidité (dans l’interprétation), l’efficacité (production, mixage, interprétation, écriture et arrangements) et l’inspiration (qualité des compositions, pertinence des arrangements).

HOLYROLLER s’adonne à un Metal tempéré, majoritairement pratiqué mid-tempo, soutenu par une batterie classiquement pétante et une basse aux lignes métalliques et épaisses. Sur un tamis aussi sévère que rebondi (mettons qu’il s’agisse de Stoner Metal si ça vous arrange), les deux guitaristes lâchent des riffs souples comme des parpaings, non sans se dérouiller les pattes pour l’un d’entre eux, Jim MAYBERRY, en charge des solos en mode incisifs et simples, voire dérapant efficacement dans un registre slide.

Qu’il s’agisse de Metal traité au filtre du Doom, du Sludge ou du Stoner Metal, HOLYROLLER parvient à faire émerger une écriture précisément détourée, puissante à l’impact, grâce à une production qui ménage la précision et l’expressivité dans l’interprétation d’une part, un juste équilibre entre puissance performative et attractivité mélodique. On se prend même à évoquer des réminiscences de Grunge, dans son versant le plus sévère (ALICE IN CHAINS, TAD), c’est dire à la fois la variété des postures observées d’une part, la concordance quant au goût pour des rythmiques lestées de plomb d’autre part.

En somme, HOLYROLLER ne prétend aucunement animer une quelconque révolution mais anime très correctement les débats agités. Incontestablement, la relève est assurée.

Vidéo du titre éponyme : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
TEMPLE OF THE FUZZ WITCH
Temple of the fuzz witch
WOLF COUNSEL
Ironclad
PENTAGRAM
Last rites
KING HISS
Earthquaker
THE BOTTLE DOOM LAZY BAND
Blood for the blood king
Chroniques du même auteur
SUPERLYNX
Electric temple
BLACK BLOOD OF THE EARTH
Bleak light, fervent light
THY KINGDOM SLUM
A history of dissent
MANTRIC MUSE
Mantric muse
GRIFTEGARD
Solemn.sacred.severe
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /