Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
1968 - Ballads of the godless

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2018
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 39minute(s)

Site(s) Internet : 
1968 FACEBOOK
1968 BANDCAMP

Label(s) :
Hevisike
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 14/07/18
Well it's 1968, ok, all across the uk
Après deux EP, 1968 et Fortuna Havana, sortis respectivement en 2016 et 2017, ce quatuor britannique sort son premier album. Il est plus qu'évident que le visuel de Ballads Of The Godless clame haut et fort les influences et les références du groupe : couleurs saturées et contrastées (psychédélisme), nudité (libération sexuelle), uniforme (la guerre du Vietnam battait alors son plein), tout rappelle cette année de 1968 où le Rock psychédélique, qui a dynamité les codes trop sage de la Pop Music, se voit confronté à une électrification toujours plus intense. 1968. Cette année-là, Jimi HENDRIX publia son référentiel Electric Ladyland, CREAM Wheels Of Fire, double album mi-studio mi-live, BLUE CHEER son rugueux Vincebus Eruptum (puis le plus dompté Outsideinside), STEPPENWOLF ses deux premiers albums (introduisant au passage le terme Heavy Metal dans la musique via le tube Born To Be Wild)...

Voilà pour l'inspiration... Par contre, musicalement, 1968 s'avère être une créature du 21ème siècle, utilisant certes des éléments datant de la charnière entre les décennies 60 et 70, mais privilégiant un son massif et puissant typique de notre époque. Sur la plupart des morceaux, l'assise rythmique consiste en un attelage énorme entre des lignes de basse ventrues et une batterie sèche et peu avare dans son jeu de cymbales. Viennent se greffer des riffs charbonneux, le tout se mettant souvent en mode rampant, sur des tempos lents ou médium. Majoritairement rauque (quoique sans excès), le chant se réserve quelques incursions plus claires, tout à fait bienvenues.
Le versant psychédélique transpire dans les interventions saturées d'une guitare solo dégoulinant d'un feeling typique du Blues Rock. Sur Chemtrail Blues, le groupe se lance même avec succès dans un exercice du Blues Rock psychédélique bien défoncé, avec une guitare solo bien hendrixienne. L'influence de HENDRIX refait ostensiblement surface sur le titre de clôture, Mother Of God, qui suinte le trip sous LSD.
Sur l'instrumental S.J.D., 1968 ose même le mélange guitare acoustique, guitare électrique en son clair et piano, aérant ainsi fort agréablement le milieu de l'album.

Histoire de donner des repères, on pourrait évoquer du Stoner Metal musclé, du Sludge juteux à la CORROSION OF CONFORMITY, voire les moments les plus lourds de SOUNDGARDEN, avec donc une bonne part de l'héritage du Blues Rock psychédélique. Ce qui nous fait un début discographique suffisamment solide pur envisager sereinement la suite des événements.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
A TORTURED SOUL
Lucifer’s fate
WINTERTHRONE
The godslayer
SILVER CYPHER
Cryptic characters
TUNA DE TIERRA
Tuna de tierra
MONSTER MAGNET
Cobras and fire : the mastermind redux
Chroniques du même auteur
DEATH ALLEY
Black magick boogieland
JOHNFISH SPARKLE
Flow
MONOLITH
Mountain
KAMCHATKA
Long road made of gold
VOID ROT
Consumed by oblivion
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente