Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
MANILLA ROAD - Out of the abyss

Style : 80's & 90's Re-releases
Support :  MP3 - Année : 2015
Provenance du disque : Reçu du label
9titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
MANILLA ROAD WEBSITE
MANILLA ROAD FACEBOOK

Label(s) :
Shadow Kingdom
 (14/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 11/01/2015
Tentative thrashisante
Ma période préférée concernant MANILLA ROAD couvre trois albums parus de 1983 à 1986 : Crystal Logic, Open The Gates et The Deluge. Avec Mystification (1987), le groupe intégrait assez maladroitement des éléments Thrash et durcissait notablement le ton sur certains morceaux. Out Of The Abyss (paru à l'origine en 1988 et ici réédité par Shadow Kingdom) confirmait, voire amplifiait le mouvement.

Certaines compositions s'avèrent absolument excellentes quand le groupe parvient à combiner ses anciens penchants mélodiques et épiques avec ses récentes tendances plus agressives. Ainsi, Helicon est une petite merveille où le chant calme et altier plane sur des arpèges ensorcelants, le tout culminant avec une explosion de puissance. Return Of The Old Ones reprenait aussi cette alternance de calme inquiétant et de poussées d'adrénaline. Il y a également War In Heaven, mid tempo puissant qui, après un beau début sous forme de ballade, muscle nettement le jeu à mi-chemin pour aboutir à un tir de barrage bien Heavy, avec en prime des montées du chant de Mark SHELTON dans les aigus dignes de Rob HALFORD. Sombre et tendu, lui aussi pourvu de percées vocales aiguës évoquant cette fois KING DIAMOND, Rites Of Blood crée une ambiance malsaine.

A l'inverse, les riffs en cavalcade et les tempos échevelés de Slaughterhouse, Black Cauldron, Out Of The Abyss, Midnight Meat Train souffraient déjà à l'époque de la comparaison avec les locomotives Speed et Thrash. Pas forcément mauvais, ils donnaient juste l'impression d'un groupe un peu amateur dans ce registre. Le titre le plus long de l'album, Whitechapel (plus de sept minutes), compensait les moments frénétiques un peu maladroits par une structure presque progressive, riche en séquences contrastées.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
GTS
Time stood still
TANK
Don’t walk away
CALVARIO
Ixoye
AMULANCE
The rage within and the aftermath
JEFF JONES
Rockhard 86 - 96
Chroniques du même auteur
DOT LEGACY
To the others
SPACE COKE
Lunacy
SAMAVAYO
Dakota
SERPENT
Nekromant
IRON GRIFFIN
Curse of the sky
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /