Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Dossiers
Reportage :  Un entretien avec:
Tim "NIBBS" CARTER (SAXON) - Paris, le 24 novembre 2014
( SAXON )
Date de publication : 28/11/14
Auteur : metalmp
Entretien avec Tim « Nibbs » CARTER (SAXON)
Interview réalisée le 24 novembre à Paris

C'est dans un Bataclan en pleine préparation que Nibbs CARTER, le bassiste "pile survoltée" de SAXON, m'accueille pour un entretien "sur le pouce" qui m'a donné l'opportunité de mettre en place mon nouveau jeu de questions lancé lors de ma précédente recontre. Un entretien aussi agréable que bruyant...

METAL INTEGRAL : Warriors Of The Road est le nom que vous avez donné à votre tournée actuelle ainsi que le titre de votre dernier DVD/CD. Ne crois-tu pas que cela puisse induire une certaine confusion dans l’esprit des fans ?
Nibbs CARTER : De la confusion ? Non, je ne crois pas, d’autant plus qu’aujourd’hui, tu peux obtenir autant d'information que tu le souhaites. Je pense que la plupart des gens ont accès à un ordinateur, qu’ils pourront voir une pub pour cette tournée… Si les gens se trompent aujourd’hui, je pense qu’ils s’auto corrigeront rapidement. J’ai des enfants, et si je fais quelque chose qui puisse induire une certaine confusion, ils viennent me voir pour m’expliquer leurs impressions afin que j’apporte moi-même les modifications.

METAL INTEGRAL: SAXON n’a pas autant tourné que d’habitude pour soutenir Sacrifice. J’imagine qu’une des raisons est l’annulation de la tournée MOTORHEAD. Pourquoi ne pas avoir organisé votre propre tournée ?
Nibbs CARTER : Ce n’est pas toujours facile de changer de salles et de dates. Et puis, nous ne sommes pas le seul groupe dans le monde. Il est important que nous n’ayons pas tous le même planning. Si nous décidons de partir en tournée et que, soudain, trois autres groupes décident d’en faire autant, au même moment, comme ACCEPT, DORO ou IRON MAIDEN, ça devient problématique. MOTORHEAD a annulé sa tournée deux fois, et nous avons décidé de composer, parce que le marché des concerts était assez saturé. Nous avons préféré organiser notre propre tournée en fin d’année. L’été dernier, nous avons donc beaucoup écrit, ce qui signifie que nous sommes aujourd'hui prêts à rentrer en studio. Nous avons su utiliser ce temps correctement, pour composer. Nous avons perdu du temps, mais nous avons été constructifs. Cette tournée est prévue depuis avril. Les fans en ont été rapidement informés et ont donc été rassurés, « OK, ils seront bientôt sur les routes, en automne ». Et finalement, c’est plutôt une bonne chose, car il va y avoir 1500 personnes ici ce soir, à peu près.

METAL INTEGRAL : Les groupes choisissent en générale de fêter l’anniversaire d’un album précis. SAXON a choisi d’en célébrer trois (NdMP : l’affiche laissait entendre que le groupe concentrait ses concerts autour de Wheels Of Steel, Strong Arm Of The Law et Denim & Leather). Qu’est-ce qui vous a décidés à choisir cette option sachant que, premièrement, Nibbs, tu ne faisais pas partie du groupe au moment de la sortie de ces trois albums et, deuxièmement, la plupart de ces titres sont déjà joués lors des concerts traditionnels ?
Nibbs CARTER : C’est un anniversaire. On fête cette époque. Quand tu lis un article sur SAXON, le journaliste dira que SAXON est toujours en forme mais il fera presque toujours référence à la période 1980-1983. Quoiqu’on puisse lire sur les affiches, il s’agit simplement de célébrer cette période précise. Une époque particulièrement fertile, créative, unique… Les gens entendaient ce genre de musique pour la première fois. Tu as raison en pointant du doigt que nous jouons déjà bon nombre de ces titres. Nous allons en jouer quelques uns de cette période que nous n’avons pas l’habitude de proposer. Mais, honnêtement, ce n’est rien de plus qu’un regard sur la période la plus importante de l’industrie du Heavy Metal. Les gens en entendent parler, aujourd’hui, on leur dit « voilà ce qu’était SAXON dans les années 80 », et nous voulons vous montrer que nous sommes fiers de cela. J’étais un fan du groupe à l’époque, j’écoutais 747, Princess Of The Night, Heavy Metal Thunder… j’allais chez le disquaire et j’achetais cette musique. Je rentrais chez moi, posais le disque sur ma platine et jouais avec mon air-guitar. J’étais un fan, alors, à mes yeux, c’est une autre vision, mais toujours une célébration !

METAL INTEGRAL : Sur vos autres tournées, comment décidez-vous d’inclure telle ou telle nouvelle chanson à votre setlist ? Quels critères sont importants pour que SAXON retienne ou non un titre ? Par exemple, vous n’avez pas tout joué de Sacrifice.
Nibbs CARTER : Oh… Alors, sur la tournée Sacrifice… Attends, j’essais de me rappeler les titres que nous n’avons pas joués… On n’a pas joué Standing In A Queue, mais on a joué six ou sept titres, je crois (Je lui tends la pochette de Sacrifice). Ce qui se passe, c’est qu’en studio, on se dit souvent que nous tenons un bon morceau. Mais il peut ne pas être totalement fait pour la scène, pas assez puissant pour distraire suffisamment le public. Généralement, quant on choisi d’inclure une nouvelle chanson, on se dit qu’il faut que ce moment, sur scène, soit une décharge d’énergie. Parfois, tu penses que ça va fonctionner, et tu te rends compte, après trois ou quatre concert que, non, le public ne réagit pas comme tu le souhaite. Waoh, (il lis le dos de la pochette) on les a pratiquement toutes jouées… sauf, Walking The Steel et Standing In A Queue. Toutes les autres ont été jouées.

METAL INTEGRAL : Si je comprends bien, vous testez une chansons sur quelques dates, et si ça ne fonctionne pas, vous l’écartez…
Nibbs CARTER : Par exemple, Standing In A Queue nous a totalement satisfaits lors de son enregistrement. Mais en réécoutant le disque quelques temps plus tard, on sentait qu’elle n’était pas faite pour le live. Un peu comme le tempo de de Walking The Steel: lors du sound check, quelque chose ne sonne pas comme nous le voulons… Donc, on ne la joue pas. La chanson sonne bien, mais pas sur scène. Le public attend de SAXON beaucoup d’énergie et de la mélodie. Nous choisissons avec attention les titres qui sont à même de maintenir cette énergie, et si nous voulons jouer des morceaux plus lents, nous opterons pour quelque chose qui a déjà fait ses preuves, comme Denim & Leather, The Eagle Has Landed ou Broken Heroes. Mais, tu sais, nous ne sommes pas aussi méthodiques ou réfléchis. Nous faisons attention à notre instinct. Les fans, comme tu l’as dit, attendent certains titres de cette période dorée plus que d’autres. Tu sais, il y a des fans que je considère comme des amis… Je vois ces visages tous les ans, deux ans, je suis sur scène et je me dis « je le connais, je l’ai déjà vue ». Ca fait 35 ans que ça dure – dans mon cas, ça fait déjà 25 ans – et on retrouve des visages, on signe des autographes, on discute… des amis, oui.

METAL INTEGRAL : Depuis que SAXON a signé avec UDR en 2011, vous avez publié pas moins de sept nouveaux CD et DVD. Tu n’as pas peur que cela fasse beaucoup pour les fans ?
Nibbs CARTER : Si. Cela m’effraie. Aussi simple que ça.

METAL INTEGRAL : Que va-t-il se passer ? Allez-vous ralentir la cadence ?
Nibbs CARTER : Oh, tu pourrais répondre à ça, je ne crois pas que ce soit à nous, musiciens d’y répondre. La question est logique. Tu me demandais si ça me fait peur, ma réponse est « oui ». Ce qui risque de se passer? C’est la saturation. Mais cela ne signifie pas que les gens n’essaieront pas. Ils peuvent parfois faire preuve de curiosité, aussi.

METAL INTEGRAL : Parlons maintenant un peu de toi, si tu le permets. Les gens connassent le musiciens mais moins l'homme. Tu m'as dit que tu as des enfants, j’imagine que cela signifie que tu es marié… *
Nibbs CARTER : Oui.

METAL INTEGRAL : Combien d’enfants as-tu ? *
Nibbs CARTER : Nous en avons quatre, 19, 16, 13 et 8 ans.

METAL INTEGRAL : Comment t’organises-tu, avec ton travail, pour avoir une vie la plus normale possible ?
Nibbs CARTER : Eh bien, ça peut s’avérer compliqué, en effet, à cause de leurs âges, de l’école… Trois de mes enfants sont en internat et ne rentre que le vendredi. Quand je suis à la maison, je souhaite passer le plus de temps possible avec mes enfants.

METAL INTEGRAL : C'est compatible avec ton esprit « bête de fête » décrit dans le DVD ?
Nibbs CARTER : Oh, je ne suis pas aussi fêtard que ça, tu sais. Je crois que toute personne qui a l’opportunité de célébrer la vie avec d’autres doit en profiter.

METAL INTEGRAL : Et où habites-tu aujourd’hui ? *
Nibbs CARTER : Je suis né à Kleethorbs (?), sur la côte nord-est, en Angleterre, et je vis en Allemagne, à Osnabrück en Basse Saxe. Mon épouse est Allemande, nous avons vécu en Angleterre pendant douze ans et avons décidé, en 2000, de nous installer en Allemagne. J’aime vraiment le mode de vie allemand; il y a des avantages, comme la santé, l’éducation ou le social, qui n’existent pas en Angleterre.

METAL INTEGRAL : Si j’allais là-bas en visite, que me conseillerais-tu de visiter, peux-tu me conseiller un restaurant, un club où écouter de la musique ?
Nibbs CARTER : Oui, il y a le Bastard Club, le Rosenhoff, qui est plus comme une vieille salle de cinéma, avec une capacité de 600 ou 700 personnes, mais ça reste assez intime. Le Bastard club, lui, se situe au sous-sol, un peu comme une cave ou une caverne. Il y a une scène très vivante à Osnabrück, beaucoup de groupes viennent y jouer. De mon côté, je cherche plus à aller vers la campagne plutôt que de rester en ville. Tu sais, vivant avec un groupe, j’ai l’habitude de fréquenter ce genre d’endroits avec mon… boulot. Quand je suis en repos, je préfère rester dans ma campagne, où je vis. Mais quand je vais en ville, j’aime aller dans un de ces deux clubs. C’est ce que je te conseille.

METAL INTEGRAL : Une dernière chose : peux-tu penser à deux questions que tu souhaites vraiment qu’un journaliste te pose un jour ?
Nibbs CARTER : Ca me plairait bien qu’on me demande ce que je ferais une fois que SAXON arrêtera. Je n’y ai pas encore pensé, et je crois que ça va me faire beaucoup réfléchir… Et puis, quel repas je voudrais préparer.

METAL INTEGRAL : OK. Alors ces deux questions seront posées à mon prochain interlocuteur, qui sera Snake de SKID ROW d’ici quelques minutes.
Nibbs CARTER : Eh ! c’est une bonne idée, ça, j’aime beaucoup !

METAL INTEGRAL : Nibbs, merci beaucoup, et je te verrais sur scène tout à l’heure.
Nibbs CARTER : Merci à toi et (à ce moment, tous les instruments sont joués pour le soundcheck)… Je crois que nous finissons juste à temps ! A tout à l’heure !

* : questions imaginées par Jon LAWHORN (BLACK STONE CHERRY)

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur le dossier
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté ce dossier.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur le dossier
Enregistrer le dossier au format .PDF
Afficher la version imprimable du dossier
Envoyer le dossier par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur le dossier
Signaler une erreur
Dossiers du même type (Reportage)
- GALDERIA, PRYDE & HEAVY METAL GIRLS le 21 MAI au BRIN DE ZINC (Interview)
- Un entretien avec :
Biff BYFORD - SAXON - Paris, le 29 septembre 2015.
- BLACK SABBATH STORY
Dossiers du même auteur
- Un entretien avec :
Jens JOHANSSON (STRATOVARIUS), Paris le 6 juillet 2015
- THE CULT live à Paris avec GUN - Le Bataclan, 19/09/2012
- Un entretien avec : Kim McAULIFFE - GIRLSCHOOL (Paris, le 21 octobre 2015)
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente