Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
RED SCALP - Ep n°1

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2014
Provenance du disque : Reçu du groupe
5titre(s) - 38minute(s)

Site(s) Internet : 
RED SCALP BANDCAMP

Label(s) :
Auto Production
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/07/14
La charge du bison polonais
C’est avec un bel aplomb que le quartet polonais RED SCALP soulève son premier nuage de poussière dans l’étendue désertique paradoxalement très fréquentée du Rock Stoner. Soulignons d’entrée de jeu le professionnalisme de ce premier EP : son live mais puissant, dynamique et clair, artwork soigné.

Sur le plan de l’identité musical, RED SCALP propose des compositions assez longues : quatre des cinq titres proposés ici durent entre sept et dix minutes. N’en allez pas conclure appartient à la branche des envapés lysergiques qui se plaisent à touiller à l’infini des rythmiques bourbeuses. C’est bien le charmant paradoxe du groupe qui parvient à combiner d’une part un sens de l’efficacité et un sentiment d’urgence, d’autre part une capacité à agencer plusieurs séquences au sein d’une même composition.

Un titre comme Helliocentric m’évoque BLACK SABBATH de la période 70 (ah, ces riffs à la Tony IOMMI) qui entreprendrait la traversée du désert du Nevada.
Avec ses motifs obsessionnels fortement ponctués par une section rythmique énorme, Tatanka confirme ce que l’artwork laissait présager, à savoir une fascination pour l’univers des Amérindiens : avec à la clé un bel effet de transe.
Sweet Pill II est un instrumental particulièrement psychédélique qui pourrait illustrer une prise de mescaline en pleine soleil ; la première partie s’apparente à un Blues électrique et lysergique, tandis que la seconde partie se fait plus lourde et menaçante.
En clôture, l’imposant Sin City fait copuler BLACK SABBATH et KYUSS, la guitare cisaillant sans coup férir riffs sortis de Sabbath Bloody Sabbath et solos gras et incisifs, le tout littéralement propulsé par une basse gigantesque et une batterie pétaradante (et ce pendant presque dix minutes sans débander l’arc).
Au milieu de ces morceaux imposants, le plus concis Sweet Pills I fait office de saillie furibarde et frondeuse.
Dans un contexte musical aussi dense, seul le chant, clair quoique voilé par un léger effet métallique, peine parfois à s’imposer.

Bon, RED SCALP n’apporte pas de progression ou d’innovation dans le domaine du Stoner mais sa façon de combiner les préceptes du Stoner à la KYUSS et les enseignements du Hard Boogie (CACTUS, POINT BLANK des débuts) et du Heavy Metal (BLACK SABBATH) des années 70 est foncièrement plaisante.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
THE MORNINGSIDE
Yellow
1000 MODS
Vultures
SERPENT
Nekromant
BLOWBACK
All and even more
THE GUARDOGS
Beware of the dog
Chroniques du même auteur
GYPSY CHIEF GOLIATH
Citizens of nowhere
HORISONT
Second assault
IL CASTELLO DI ATLANTE
Arx atlantis
LONELY KAMEL
Dust devil
FIREFORCE
March on
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente