Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
SLAVES - Insolent aggression

Style : Thrash
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
13titre(s)

Site(s) Internet : 
SLAVES BANDCAMP

Label(s) :
High Roller Records
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 30/12/2021
Slayer adulé
Il y a peu, nous vous rendions compte de manière positive de la réédition de l’unique album du groupe italien INSANE, , véritable décalque passionné et crédible des deux premiers albums de SLAYER (relire ici : cliquez ici). Il faut savoir que la cheville ouvrière du combo – soit les frères MONTIRONI respectivement à la basse et au chant d’une part, à la batterie d’autre part, ainsi que le guitariste Luke PEROZZI- avait auparavant œuvré au sein de SLAVES, formation dont l’effectif était renforcé par un second guitariste, Mauro FEROCI. Auteur d’un unique album, Insolent Aggression, paru en 2001, avait déjà à l’époque pour propos essentiel d’émuler les premiers pas de SLAYER. Lequel album se trouve itou réédité par High Roller records, enrichi de quatre titres issus d’une démo (non livrés dans le package promotionnel et donc non évalués) et d’une nouvelle pochette.

On apprécie en premier lieu l’enthousiasme frappant à faire vivre l’époque la moins reconnue et la plus reculée de SLAYER. C’est pourquoi on savoure ces riffs qui semblent ne jamais vouloir cesser d’en découdre, comme un JUDAS PRIEST qui serait entré en transe. Histoire d’ajouter de l’intensité, les tempos ont tendance à jouer la surchauffe. Et puis, le chant âpre et vindicatif aura tendance à vriller dans les aigus, histoire de rappeler qui vous savez.

Seulement, autant l’album d’INSANE suscite encore aujourd’hui un enthousiasme véridique, autant Insolent Aggression apparaît comme un brouillon. Certes respectable et appréciable, mais objectivement moins maîtrise et crédible que son successeur. En premier lieu, les compositions semblent moins abouties, en dépit des emprunts au répertoire initial de SLAYER : des riffs moins accrocheurs, des plans de batterie plus basiques, un chant moins maîtrisé. Quatre ans plus tard, avec un guitariste en moins et un nouveau patronyme, le résultat allait s’avérer franchement plus saignant !

Même en tenant compte de ces réserves, l’album demeure un exercice de style qui le place dans la catégorie des œuvres qui auraient été crédibles entre 1985 et 1987.

Vidéo non officielle de l’album : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
JUDGE MINOS
The keeper of imbalance
WARBRINGER
Waking into nightmares
ICON IN ME
Human museum
STILLBORN SLAVE
7 ways to die
HOUSEMASTER
J.b.
Chroniques du même auteur
CRYSTAL VIPER
Possession
MEGA COLOSSUS
Riptime
VESSEL OF LIGHT
Vessel of light
TUNGA MOLN
3
HECATE ENTHRONED
Embrace of the templess aeon
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /